Karakol hier et aujourd'hui


Chaque ville a un passé et un présent. Ne nous précipitons pas en nous concentrons uniquement sur le futur. Au contraire, regardons notre bien-aimée Karakol à la lumière du passé et du présent.
La ville de Karakol représente la région d'Issyk-kul avec son riche héritage historique et son architecture unique. C'est une ville étudiante multinationale concentrée sur le développement intellectuel et spirituel de ses habitants.

En 1872 il y avait 150 habitants à Karakol, majoritairement des Tatars et des Ouzbeks. Aujourd'hui il y a 92874 habitants dans la ville. En plus des kirghizes, des ouzbeks, des russes, des dungans et des uighurs (la population majoritaire de Karakol), les géorgiens, lithuaniens, estoniens, latviens, arméniens, juifs, biélorusses, moldovans, tchétchènes, turkmènes, allemands, ukrainiens, coréen, azberkaïs, tadjiks, turques et kazakhes vivent également dans la ville.

Avant la révolution, chacune des nationalités était installée dans des rues séparées créant des districts entiers avec des bâtiments caractéristiques.




Il n'est pas moins intéressant de savoir que de nombreuses personnalités célèbres sont natives de notre ville.
Par exemple, Zabirova Rashid Dzhamalievich (1918-1980) : directeur de la station de géographie physique des Tien Shan de l'académie kirghize des sciences;

Rodionov Piotr Ivanovich: directeur général de JSC Lentransgaz (1978-1995) et ministre du pétrole et de l'énergie de la fédération de Russie (1996);

Grigory Melentyevich Shemyakin: tireur du 1075ème Régiment d'Infanterie de la 316ème Division d'Infanterie de la 16ème Armée du Front Occidental, Héros de l'Union Soviétique;

Chaban Sergey Yakovlevich: Major-général des forces armées de la Fédération de Russie, représentant plénipotentiaire du président de la Fédération de Russie pour la région de Samara.




Tugelbay Sydykbekov (1912 - 1997) n'est pas né à Karakol. Mais après la mort de son père alors qu'il avait trois ans, elle déménagea avec sa famille d'une ferme isolée à Ken-Soo à la ville où elle devient professeur de russe. A Karakol, la futur écrivaine fût diplômée d'un cursus de cinq ans dans une école russe, d'un autre de dix ans dans une autre école et a étudié à l'école des techniques d'agriculture et à l'institut vétérinaire.

Ainsi, le 1 juillet 2012 sur les ordres du ministre de la culture et du tourisme la librairie numéro 136 est nommée d'après Tugelbay Sydykbekov, « l'écrivaine kirghiz-soviétique, l'écrivaine des gens de l'URSS kirghize et la gagnante du prix Staline de troisième degré (1949) ».





Notre librairie est intéressante, pas seulement d'un point de vue historique, mais également parce qu'elle est unique. Le bâtiment contient le musée du livre et la bibliothèque contient environ trois cents livres. La fierté du département des vieux livres sont de rares éditions des travaux de Shakespeare et de Tolstoï ainsi que des collections parfaitement illustrées « La vie de la mer » (1896), « Notre ballet » (1899) « Kashgariya et les cols des Tian Shan » (1888) et plein d'autres. Beaucoup de livres viennent des collections privées prérévolutionnaires de célèbre figures historiques qui ont vécu et travaillé dans la région d'Issyk-kul : Y. Korolkova, N. Barsov, N. Przhevalsky, A. Mikhaïlov, P. Kozlov, V. Roborovsky, B. Kaplun and S. Benediktov. Ce sont à partir de ces donations lourdes et reliés de cuir que la bibliothèque régionale a pris forme à la fin de l'année 1902.
Combien d'autres histoires intéressantes et inhabituelles pouvez-vous raconter ?

La source d'eau principale et d'irrigation est la rivière Karakol qui traverse la partie ouest de la ville. Saviez-vous que la première ligne d'eau courante fut mise en place entre 1955 et 1957 ? Aujourd'hui le vodokanal (canal d'eau) Karakol approvisionne la ville et les villages proches de Chelpak, Jolgot et Prista,-Przhevalsh avec de l'eau potable.
Pas loin de Karakol se trouve un plan d'eau très intéressant : le lac Issyk-kul. Il s'agit du deuxième plus grand lac d'eau salée après la mer caspienne (qui est une mer seulement de nom). En termes de transparence, il est également second, après le lac Baïkal. Il est peu connu que le lac Issyk-kul fait partie de l'océan Pacifique, avec lequel il est relié par un réseau de rivières souterraines. Ici, sur les rives de la perle du Kirghizstan, l'explorateur Przhevalsy est enterré pas loin d'un monument en sa mémoire.
Pendant l'époque soviétique, quand la plupart des monuments tsaristes de l'époque étaient détruits, personne n'osa toucher au monument en mémoire de Przhevalsky. Il est devenu l'un des principaux sites de la partie est du Kirghizstan et une visite obligatoire pour de nombreux invités importants. Le premier astronaute de la Terre, Youri Alekseevich Gagarine l'a aussi visité.

«J'étais un écolier. Nous nous étions rassemblés devant le sanatorium militaire pour rencontrer Gagarine. Il est arrivé sur la Volga Noire ou le Chayka, je ne me souviens plus. La voiture c'est arrêté à coté du point de rencontre. Gagarine est sorti de la voiture et a commencé à descendre l'avenue, et nous avons couru à sa rencontre. Ce dont je me souviens bien c'est la casquette que portait Yuri Alekseevich. J'étais perplexe et je me demandais pourquoi il ne portait pas un kalpak kirghize. Ensuite j'ai lu dans les journaux qu'il avait pris un vol directement de Tachkent. Là-bas, nous avions une base militaire aérienne à Tamga Yak-40. Gagarine est arrivé là-bas. D'abord il est allé à Tamga et il a aussi visité la gorge de Barskoon. Ensuite il a fait une apparition à Pokrovka et Karakol. Tout en un jour. Mais il a aimé nos villes. Oui, il n'y a pas de questionnement possible, nous vivons ici et nous ne pouvons qu'apprécier nos villes».

Askar Ashanovich Shakeev, se souvenant comment il a vu Gagarine.


Le musée d'histoire et d'histoire locale de Karakol, situé dans la partie ouest de la ville, raconte l'histoire de notre région aussi bien que possible. C'est une exposition intéressante dans une petite maison prérévolutionnaire dans une rue au style du 19ème siècle appelée « Passage du marchant ». La route et les trottoirs sont pavés avec de la pierre comme c'était déjà le cas 120 ans auparavant. Des lanternes, des bancs et urnes fabriquée dans le style du 19ème siècle sont installées et la façade et le toit du bâtiment ont aussi été complètement restaurés. Le musée est situé dans un bâtiment construit en 1887 qui était avant une maison privative d'un marchant et éleveur MN. Ilyin.

Le musée a ouvert ses portes le 1er novembre 1948 et célèbrera son 170ème anniversaire en 2018. De 1948 à 1961 le musée était appelé « Musée d'Etat d'Issyk-kul nommé d'après N.M. Przhevalsky par le ministère de la culture kirghize SSR »

Le 17 janvier 2001 le musée a été renommé 'Musée historique et d'histoire locale de la ville de Karakol' sur la base d'une résolution du conseil des députés de la ville de Karakol.
Dans les années 1970 et 1980 Karakol ressort parmi les autres villes kirghizes comme l'un des centres d'industrie alimentaire et légère. L'industrie alimentaire de la ville est représentée par une usine de transformation de fruits et légumes, ainsi que par du lait, de la bière, des usines de céréales et un moulin. Deux grosses entreprises ont joué un rôle important dans l'industrie légère de la ville : une usine de couture et une usine de chaussure. Elles ont aussi produit des services de la vie de tous les jours. L'usine électrotechnique et plusieurs ateliers se sont engagés dans le travail du métal : des ateliers de réparation des instruments, des ateliers ruraux du gouvernement local, des dépôts de voiture et plein d'autres. Avant la fin de l'Union Soviétique, une fabrique de meuble a été ouverte en 1962.


Le bâtiment de la base interdistrict dans la rue 50 ans du Kirghizstan (aujourd'hui rue Kydyr Ake)
Brasserie Przewalski (direction des usines)
Central thermique Przhevalska (CT)


Karakol avait une industrie de construction impressionnante représentée par une douzaine d'organisations et d'entreprises pour la production de matériaux de constructions. Parmi d'autres, il y avait une fabrique de briques, des installations de production de produits en béton armé, la gestion de la construction et des installations, des entreprises de construction de routes, un service de réparation et de construction et une colonne mobile mécanisée.




Le Karakol moderne repose sur des entrepreneurs privés. Malheureusement, il n'y a pas d'espoir que leur travail devienne permanent. Aujourd'hui des magasins sont ouverts, d'autres le seront demain et le surlendemain il n'y en aura aucun d'entre eux d'ouverts.

Le Karakol moderne repose sur des entrepreneurs privés. Malheureusement, il n'y a pas d'espoir que leur travail devienne permanent. Aujourd'hui des magasins sont ouverts, d'autres le seront demain et le surlendemain il n'y en aura aucun d'entre eux d'ouverts.





Il y avait également une Maison de la Culture dans la ville dans laquelle il y avait sept groupes d'art amateurs. Dans le Karakol moderne il y a aussi une Maison de la Culture mais pas beaucoup de gens ne connaissent son existence.
Karakol était aussi considérée comme le plus grand centre culturel du bassin d'Issyk-kul. En plus de l'école pour les enseignants, une école d'agriculture composée de spécialistes en gardiennage de zoo, en technologies, en agronomie et en sciences vétérinaires avec en plus le seul département de sylviculture du Kirghizstan.









Maison de la Culture. Dans ce bâtiment, un congrès de district des soviets a eu lieu le 26.06.18. Le gouvernement de la ville siégea là jusqu'en 1918.
Etudiants dans un laboratoire, 1960.
Enseignants, 1950.

Nous n'avons pas voulu regarder loin devant nous dans le futur mais nous avons trouvé ce que le bureau du maire avait comme vision des transformations à venir pour Karakol.
Lire le document sur le site internet de la mairie
Cette vision décrit les avancées que souhaite réaliser la ville dans les 10-15 prochaines années. Malgré la forme laconique, cette déclaration n'est pas abstraite et a un contenu significatif. Développer de telles déclarations est une tache habituelle pour la ville et comme tous les objectifs, doit être revue régulièrement et évaluée. Les divers éléments et leurs sens sont présentés en détails ci-dessous. Avec les indicateurs, ils dont des cibles sur la base desquels de futurs évaluations seront possibles. Surveiller et évaluer cette vision sont aussi une façon de surveiller et évaluer la situation socio-économique globale de la municipalité.


If a building becomes architecture, then it is art



Comment voyez-vous la ville de Karakol ?
Dans quel Karakol voulez-vous vivre ?



Nous vous suggérons de répondre à l'enquête en ligne : un questionnaire des gens de la ville pour recueillir des informations sur les opinions des résidents de la ville de Karakol. De façon générale, le questionnaire sera utilisé pour le développement des espaces publiques de la ville, les prises de décisions d'ordre culturel, l'amélioration de la ville, pour faire des suggestions aux élus de la ville de Kenesh et au bureau du maire de la ville de Karakol.

Répondre à l’enquête en ligne.

Saviez-vous que la carte de visite de la ville est Ashlyanfu, un plat de la cuisine Dungan ? La recette est célèbre dans tout le Kirghizstan et vous devriez l'essayer ! Les ingrédients incluent des nouilles, de la sauce, de l'ail, du vinaigre et de la fécule de maïs. Ashlyanfu se mange froid et c'est donc agréable pour les chaleurs estivales. Et si vous commandez une version avec de la viande, vous ne pourrez plus rien manger pendant une dernière journée, mise à part que le soir vous aurez la même chose à manger. C'est bon et nourrissant.



Carte en ligne du Karakol moderne
Voir la carte
This site was made on Tilda — a website builder that helps to create a website without any code
Create a website